L’outback australe

Posted By on 18 Sep 2016 | 9 comments

2016-09-17-dsc09862

Des lambeaux de terre rougeoyante, aux bancs de sable d’une blancheur étincelante, nous avalons jour après jours les kilomètres des routes australes. Ils semblent nous rapprocher peu à peu d’une liberté dont le milieu urbanisé nous avait privée.

2016-09-18-c7d_0419

Le confort n’est certes plus le même, d’une part pour la réduction du volume de notre espace de vie, mais aussi à cause de l’hiver qui a laissé quelques traces dans la fraîcheur nocturne. Notre espace de confort se limite à notre voiture, avec le lit que nous y avons installé à l’arrière. M’enfin. Espace restreint bien sur, mais douillet et chaleureux. Notre rythme a du changer aussi, afin de mieux coller à celui du soleil ! L’hiver est aussi encore présent ici, les journées sont courtes.

2016-09-18-dsc09900

Nos pas nous portent vers le nord, toujours à la recherche d’un travail. Gingin, Yanchep, Cervantes, Jurien… Les noms défilent. Des centaines de kilomètres sans croiser de grandes villes. Celles croisées ne dépassent pas les 1000 habitants. On y trouve en général un petit supermarché de village, une poste, un café et un magasin de matériel. Et une station service fort heureusement ! La liberté paraît bien fébrile lorsqu’on depent entièrement du carburant.

Au cours des trajets nous avons croisé des déserts blancs. Pas un blanc cassé, ivoire ou que sais-je encore. Un vrai blanc, éblouissant sous le soleil ambiant.  Il reflète tellement de lumière qu’il en gomme le relief du paysage. Seuls les quelques végétaux qui l’occupent sont là pour nous le rappeler.

2016-09-18-dsc09911

Mais le blanc n’a pas l’exclusivité en matière de sable ici. Celui du désert des Pinacles est d’un jaune souffre profond. Avec ces centaines de roches s’élevant vers le ciel, comme si à des siècles d’aujourd’hui la nature eu décidé que ce lieu serait le cimetière de quelques mystérieuses créatures.

2016-09-17-dsc09871
2016-09-17-dsc09881
2016-09-17-dsc09883

Nous parcourons des étendues de terre sur des dizaines de kilomètres sans croiser de trace humaine autre que la route. La nature prend ses aises, libérée qu’elle semble être de l’oppression de la civilisation.

2016-09-18-dsc09894

Un soir, alors que nous venions de terminer de manger, un spectacle rare nous fut donné : des dizaines et dizaines de Cockatoos noirs se mirent en chœur à chanter de tout côté. Non pas que le chant de ces volatiles soit des plus agréable, mais le spectacle d’une telle quantité de ces oiseaux n’en était pas moins majestueux. À ce même endroit, une énorme ruche a élu domicile dans le tronc d’un arbre.

2016-09-18-c7d_0370
2016-09-18-c7d_0380

Notre carrosse nous permettant d’emprunter des routes non goudronnées, voire celles qui n’en méritent pas le nom, nous nous aventurons dans des endroits plus ou moins égarés. C’est ainsi que nous avons été jusqu’à la pointe Louise qui offre une très belle vue sur la côte et l’océan indien. Nous avons pu aussi faire le tour du lac salé Yarra Yarra : une couche de sel sur le rivage qui se mélange à une eau parfois d’un bleu azur, parfois du rouge de la terre.

2016-09-18-dsc09951
2016-09-18-c7d_0412

Dans le désert, certaines arrivent à se faire une petite place. Elles deviennent les célébrités de la région. Parfois si célèbres que certains viennent de loin pour les voir, comme l’atteste une petite dame à bord de son combi VW faisant des kilomètres pour trouver des reef-flowers (que nous n’avons pu voir jusqu’à présent).

2016-09-18-c7d_0420

Le soleil est couché désormais. Une nouvelle aventure commence demain que l’on hésitera pas à partager. En attendant, nous vous offrons une petite minute dans le désert des Pinacles :

9 Comments

  1. coucou les jeunes Contentes d’avoir de vos nouvelles et de pouvoir admirer vos superbes photos . si nous avons bien compris vous avez trouvé un nouveau véhicule
    qui nous l’espérons succédera royalement à votre petite voiture  » qui a enregistrée des kms et des kms ….. » nous vous souhaitons bonne chance pour vos
    recherches et nous espérons vous lire de nouveau prochainement. bisous et bonne route

  2. Ces photos de désert sont magnifiques. Il est presque difficile de penser que c’est réel. Cela fait rêver … Merci. Bisous

  3. Admirable c’est grand espace, que de plaisir vous devez avoir après cette année passée en métropole. Le plaisir du silence de la faune.
    Je pense bien à vous.

  4. Très belles photos , les abeilles sont de quels types, européennes ou asiatiques. Tu n’as pas essayé de récolter du miel sur le panneau qu’elle est l’animal à côte du kangourou et de l’autruche.

    • Aucune idée pour la nationalité des abeilles. Pour le 3ème animal, je ne connais pas le nom mais c’est une sorte de porcs-épics avec une petite trompe !

  5. Coucou ! Extrêmement ravie de vous retrouver et de voyager un peu avec vous à travers vos photos qui sont superbes ainsi que vos récits. Quel bonheur pour vous, je suppose, de retrouver ces grands espaces avec la liberté qu’ils procurent ! Cela me fait rêver……………
    Merci de partager avec nous. à bientôt. Bisous.

  6. oh oui cela fait rever!!! quels supers souvenirs vous aurez! mais il faut mieux ne pas tomber en panne !! bien sûr tout cela est tellement plus beau que la realite de la vie et est IL possible de retrouver: les villes la pollution la race humaine?
    faites le plein de vos reves

Submit a Comment