Direction Sydney, tome 3 : d’Adelaide à Sydney

Posted By on 29 Jan 2017 | 2 comments

Dernier épisode de notre trilogie. Nous avons rejoint Sydney et les quasiment six-mille kilomètres sont finalement passés vite (trop ?). Laissant derrière nous les plaines désertiques de Nullarbor, nous avons passé quelques jours à Adélaïde, repos et visite de cette petite ville, capitale de l’Australie Méridionale. Le centre ville arbore les gratte-ciels donnant cette forme caractéristique aux villes australiennes. Aux dimensions similaires à Perth, la ville est agréable, suffisamment grande pour avoir le choix d’un restaurant (à condition de ne pas être un mange-tard) mais suffisamment petite pour ne pas être étouffante. Mais… il cause, il cause, mais où est la nouvelle vidéo ?!? La voici !

Après cet épisode urbain, direction les collines d’Adelaide, qui outre être la source d’un cidre des plus délicieux, offrent aussi un panorama fabuleux, mélange de forêt et de cascades. Le soleil ne laisse aucun répit à notre peau qui apprécie chaque semblant d’ombre offerte par la végétation environnante. L’eau des cascades semble vouloir nous attirer dans son lit, un liquide si clair n’a nul besoin de sirène pour vous envoûter. Nous résistons malgré tout, sans qu’attaché ne soient requises, à cet appel et continuons notre petite randonnée riche en paysage montagneux.

Nous prenons ensuite la direction de la région de Waikerie. Un paysage bien différent des collines que nous venons de quitter. La particularité ici sont les arbres morts d’un blanc-gris qui décorent la plupart des lacs. Ces noyés sylvestres créent un tableau magnifique.

Autre caractéristique de la région : les falaises verticales, pouvant atteindre plus de dix mètres de hauteurs, formant le lit de la rivière. La meilleure façon de les apprécier rester une petite croisière sur la rivière, c’est bien sur compter sans notre ami aux quatre hélices. De loin la rivière semble telle une fracture dans la terre.

Notre première nuit dans cet environnement fut ponctuée par une rencontre impromptue. Alors que notre camp était entouré d’arbres et que la nuit nous enveloppait d’ores et déjà de son sombre manteau, une présence sembla se manifester dans la cime des arbres. L’Australie est un pays où lorsque l’on entend quelque chose remuer il vaut mieux se poser la question sur l’origine du chahut. Ce fut donc armés de nos lampes, vaillants mais fébriles, que nous cherchâmes qui pouvait bien habiter les hauteurs. Les photons nous devoilèrent un mignon petit mammifère nocturne, un possum. Paraissant d’une grande curiosité, le petit diable n’hésitez pas à venir nous toper dans la main.

Nos rencontres avec la faune locale ne s’arrêtent cependant pas là, car c’est tout un troupeau d’émeus qui agrémenta la soirée suivante. Une belle occasion pour nous de prendre quelques clichés de cet animal farouche, dont les plumes forment une robe grise.

Notre périple continua dans les Montagnes Bleues (le. Blue Mountains) à l’ouest de Sydney. L’adjectif bleu n’est pas dû à la lubie d’un géographie anonyme, mais bien à un effet concret : l’essence des eucalyptus peuplant ces montagnes crée une brume bleutée au dessus de ces dernières. Elles culminent à 1100 mètres d’altitude tout de même, ce qui pour l’Australie est déjà pas mal (le Mont Kosciuszko culmine à 2229 mètres, si les eaux ne sont pas montées entre temps). Il s’agit d’un site touristique populaire du fait de sa proximité avec Sydney, moins de deux heures de route. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer les Trois Soeurs, ainsi que les cascades du côté de Wentworth Falls.

Nous avons cette fois succombé à l’appel de l’eau des montagnes, pour notre plus grand bien à n’en pas douter ! Un camping perdu au milieu des montagnes nous offrit au matin une petite ballade menant à un point de vue en hauteur, splendide.

Quelques cacatoès noirs rencontrés pendant nos ballades, ainsi que de belles cascades bien sûr !

Puis ce fût le retour à cette ville que nous avons quitté il y a environ deux ans : Sydney. Toujours aussi charmante lorsque vous vous y balader à pieds, c’est un enfer sans nom lorsque vous êtes en voiture. Marquer la fin de ce voyage c’est aussi marquer le temps des adieux, et nos bien aimés loulous s’en sont retournés en France, où il semble avoir été bien accueilli. Merci pour ces semaines passés ensemble les amis 😉

Quant à vous chers lecteurs, ne croyez pas l’aventure terminée ! Nous espérons pouvoir prochainement vous relater notre route de Sydney à Melbourne. En attendant, portez vous bien.

2 Comments

  1. Quel contraste avec l’arrivée à Sydney ! Je suis certaine que les Normands sont rentrés avec d’extraordinaires souvenirs. On aimerait pouvoir partir vous rejoindre dans l’heure !
    Bonne route pour rejoindre des terres qui ne vous sont pas inconnues. Bisous.

  2. Excellent phrasé poétique qui accompagne admirablement les paysages. Clichés superbes de cette faune australienne. Que de plaisir vous devez avoir à savourer et découvrir ce pays! merci à vous et bonne route vers d ‘autres découvertes.

Submit a Comment